Notre Histoire

La Terre-Mère est si délicate.. Il est temps pour nous d’être attentifs à ce que nous lui faisons et de prendre soin d’elle. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a estimé qu’en 2016, 39% des adultes âgés de 18 ans et plus étaient en situation de surpoids. Ce haut pourcentage est surprenant. Cette situation est fortement corrélée à leur régime alimentaire. Les sucres raffinés, l’alcool, les drogues ont des effets néfastes reconnus sur notre santé. Nous sommes nombreux à prendre conscience de cela et à changer nos habitudes alimentaires. Mais qu’en est-il de notre conscience de la santé de notre planète, de la Terre-Mère ?

Voyez la Terre-Mère comme une personne. Voyez nos industries s’implanter dans son ventre, nos déchets en plastique s’accumuler dans ses océans. Regardez la pollution que nous lui injectons dans les veines !

D’une certaine manière, le mal est déjà fait et il est désormais difficile de faire marche-arrière. Nous ne pouvons plus échapper aux conséquences de l’utilisation massive du pétrole de ces dernières décennies. Néanmoins, de nouvelles découvertes destinées à soigner l’environnement ont émergé. Pourtant d’autres matières naturelles ont toujours été à notre disposition, comme la laine naturelle.

Des scènes très intenses de mon enfance passée auprès de mes grand-parents en pleine nature me reviennent.  Saluer avec gratitude la voie lactée et les montagnes enneigées, respirer l’air frais de bon matin au milieu des esprits de la nature, sentir le grand silence qui accompagne les nuits d’hiver, braver le vent sur le dos d’un cheval.. Ces valeurs me rappellent à elles, je suis transportée vers ma douce enfance passée au cœur de l’Altaï.

Tout ce qui existe est lié à la Terre-Mère. Avec le temps, le monde a évolué. Nous avons suivi ses transformations. Rien de mal à cela, mais nous ne devons pas oublier notre source. Je n’oublie pas les valeurs que m’ont transmis mes grand-parents nomades. Je sais que c’est aussi ce que la Terre-Mère me souhaite de meilleur. C’est ce qui m’a poussé à créer Mongolian Handicrafts.

En conscience que je me suis tournée vers les matières naturelles, vers une nourriture plus saine, vers un mode de vie plus respectueux de la nature, etc.. Parallèlement à cela, j’ai proscrit tous les produits issus du pétrole.

Il n’y a rien de “vivant” dans la laine synthétique. Elle est le résultat de la production de masse qui tue l’artisanat local. Les créateurs de mode devraient être attentifs à ce point lorsqu’ils choisissent de leurs tissus. C’est à nous de réaliser la portée de nos actes, et de comprendre que tous ce que nous consommons à un impact sur l’environnement. Ce n’est pas anodin.

La laine naturelle est durable, recyclable et vivante. Il existe une grande variété de laine selon de quel animal elle est issue (yaks, chameaux, moutons, chèvres, autres.. ). Certaines sont rêches, d’autres souples et douces comme de la soie (cachemire, duvet de yak). Les laines s’assouplissent avec le temps. Elles s’adaptent au corps et restent en harmonie avec la Terre-Mère.

J’observe que la plupart de la laine vendue sur le marché est mélangée à du nylon, à du coton ou à d’autres fibres synthétiques. Si le mélange laine/coton reste acceptable, je trouve regrettable de mélanger des fibres naturelles avec des fibres synthétiques.

Je vous suggère de re-découvrir ce qu’est l’univers authentique de la laine et de l’utiliser avec le plus grand des respects.