L’histoire de la laine de yak

November 27, 2017 Mongolian Handicrafts

 

Les nomades ont nommé les yaks les « Rois de la Montagne ». Domestiqués mais toujours un peu sauvages, ils vouent une fidélité sans faille envers leurs maîtres.

Les bergers de l’Altaï sont attachés à l’air frais et à l’eau vivifiante de leurs montagnes. Là-bas vivent les yaks, des forces de la nature qui ne craignent pas les rudes conditions liées à l’altitude (au contraire, ils les affectionnent !). Durant l’hiver, ils ne donnent pas de lait aux nomades et sont donc confiés aux bergers qui se chargent de les emmener vers les cimes : pour nos amis yaks, c’est une vraie cure de jouvence.

Pendant cette période particulière, les bergers jouissent d’un sentiment de liberté infinie. Ils ont « juste » à suivre leurs yaks sur ces chemins pendant trois mois, pour revenir à la maison, apaisés et nourris de plénitude.

Grâce aux conditions climatiques intenses, le duvet des yaks de Mongolie est connu pour sa finesse, sa douceur et sa chaleur. Ses propriétés dépassent celles des laines originaires de Chine, du Népal et d’autres parties du monde. Le climat continental, renforcé par les vents de Sibérie, se caractérise par des hivers glacés et très secs qui ont conditionné les qualités de la laine des yaks de cette partie de monde : résistance, fort pouvoir isolant de la couche de duvet sous la couche de laine. C’est pourquoi cette laine est considérée come une « fibre noble ».

Mongolian handicrafts a choisi de se spécialiser dans les produits issus de la laine de Yak, car pour nous, c’est l’animal le plus « écologique » qui soit.  Leurs pâturages sont vierges et riches en substances minérales. Le lait de yak est d’ailleurs très “goûtu”. Les fromages et yaourts présentent un taux de calcium supérieur à ceux des produits issus d’autres laits.

Les yaks broutent l’herbe de telle sorte que cette dernière puisse rapidement repousser. Pour les nomades, ce sont des animaux exemplaires d’un point de vue environnemental.

Le duvet de Yak est souple et doux comme le cachemire, tout en restant très élastique.  En effet, l’élasticité fait défaut au cachemire qui, pourtant, présente des qualités remarquables.

La laine issue des moutons de race Mérinos, une des laines les plus nobles, est coupée : l’animal est tondu. Cette méthode « d’extraction » enlève de la douceur à la laine. Au contraire, l’obtention de la laine de yak passe par peignage de leur duvet, ce qui lui confère plus de douceur et de chaleur.

Le secret de la qualité d’une laine réside dans les méthodes de peignage et de finissage du duvet de l’animal. Les nomades mongoles peignent délicatement leurs yaks, chameaux, chèvres et moutons. Cette matière première est ensuite livrée à Ulaanbaatar où elle est re-peignée, lavée et colorée de manière naturelle. Les couleurs naturelles de la laine de yaks et de chameaux sont réhaussées et mises en valeur.

Porter un pull en laine pure, c’est comme porter une « entité vivante ». Traitons-la avec respect et remercions-la pour l’énergie éthérique qu’elle irradie.

Adoptons les fibres naturelles. Consommons moins, prenons conscience du développement durable.